image youtube ITW 3R

L’économie Circulaire : 3R Réutilisation, Réemploi, Recyclage

Dans le cadre du Groupe de Travail Accompagner et Construire les Achats Responsables (ACAR), au sein de l’Association du CESA Achats & Supply Chain, nous vous proposons une série de vidéos développant les thèmes principaux traités dans notre guide sur les Achats Responsables et Durables.

Traditionnellement, l’acheteur est chargé de négocier des contrats pour l’acquisition de biens ou de services. Comment peut-il œuvrer pour la prise en compte de la fin de vie des produits qu’il achète ?

Il est important de distinguer la fin de vie théorique d’un bien de sa fin de vie réelle. La fin de vie théorique correspond à la durée d’utilisation prévue par l’utilisateur (en lien avec une durée d’amortissement, une analyse technique du produit, …) alors que la fin de vie réelle correspond à un produit inutilisable pour son usage initial.

La façon la plus simple de traiter la fin de vie est de prévoir avec les fournisseurs, dès le contrat, les modalités de gestion de fin de vie. Cela se traduit par une reprise du produit par le fournisseur et dans certains cas, un certificat de destruction et/ou de valorisation.

Pour les entreprises plus matures, il s’agit d’analyser le produit dans une démarche proche de l’analyse de la valeur mais dont l’objectif consistera à savoir si à la fin de sa durée de vie théorique le produit reste réutilisable (Réutilisation), si certains de ses composants peuvent être utilisés à d’autres fins (Réemploi) ou quelles parties peuvent être recyclées (Recyclage). Le travail de l’acheteur consistera ensuite de manière très classique à trouver des acteurs qui pourront se charger de la réparation, de la déconstruction ainsi que des filières de valorisation. C’est aussi l’occasion de développer les partenariats avec l’Economie Sociale et Solidaire – ESS (ESAT/EA ou des EI).

Dans ce domaine, La Poste a déjà lancé plusieurs expériences, notamment pour la réparation de ses vélos et vélos électriques, mais aussi pour certains de ses conteneurs. Ainsi, les réparations de niveau 1 sont confiées à des ESAT / EA et le niveau 2 au fournisseur ou ses représentants agréés. Les matériels inutilisables sont démontés pour constituer un stock de pièces de rechanges. Par ailleurs, dans le cas des vélos, des vélos sont intégralement reconstruits avec ces pièces pour servir de vélos de remplacement quand d’autres sont en réparation.

Renault a lancé depuis plusieurs années un vaste programme autour de la reconstruction de moteur ainsi que le recyclage des éléments non réparables.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *